0 Comments

Après que la Grande-Bretagne a ordonné le retrait progressif de Huawei de son réseau 5G, l’attention s’est maintenant tournée vers le rôle de la Chine dans d’autres régions du Royaume-Uni, en particulier son implication dans des projets clés dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont déjà tendues à la suite de l’introduction par Pékin d’une loi controversée sur la sécurité sur l’ancienne colonie britannique de Hong Kong.

Mais les querelles autour du premier Huawei et maintenant de la question nucléaire ajoutent à la pression.

Parmi ceux qui mènent l’accusation contre la Chine, il y a l’ancien chef du parti conservateur Iain Duncan Smith, qui souhaite que le rôle de la Chine dans l’avenir nucléaire britannique soit réévalué.

“Notre politique énergétique est entre les mains des Chinois”, a déclaré le député conservateur dans un récent article du quotidien britannique The Telegraph.

“Juste dans ce secteur, nous avons une domination totale de la Chine alors que nous devrions le revoir stratégiquement.”

China General Nuclear Power (CGN) accompagne le français EDF dans la construction d’une centrale nucléaire à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, qui devrait être achevée en 2025.

Le couple attend également l’approbation officielle d’une nouvelle usine à Sizewell sur la côte du Suffolk dans l’est de l’Angleterre.

Dans les deux cas, CGN est le partenaire minoritaire.

Mais dans un autre projet, le réacteur nucléaire de Bradwell dans le sud-est de l’Angleterre, c’est CGN qui détiendra la majorité du capital.

CGN n’a pas indiqué si elle prévoyait de se retirer elle-même de son implication nucléaire britannique.

Mais le groupe investit 3,8 milliards de livres (4,9 milliards de dollars, 4,2 milliards d’euros) et soutient des milliers d’emplois dans le secteur.

Steve Thomas, professeur de politique énergétique à l’Université de Greenwich à Londres, a déclaré que les ambitions nucléaires de CGN en Grande-Bretagne étaient “une étape importante” dans la présentation de la technologie du groupe chinois au reste du monde.

“Tout ce que CGN attendait du Royaume-Uni, c’était le prestige et l’approbation”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Avec la Chine comme partenaire principal du projet Bradwell, Thomas a déclaré que l’approbation du Royaume-Uni “sera une décision politique”.

Le blocage de la construction de l’usine pourrait menacer l’implication de CGN dans Hinkley ou Sizewell, a-t-il ajouté.

“Cela dépend de la colère du gouvernement chinois … et de sa volonté de punir le Royaume-Uni”, a déclaré Thomas.

Une telle action serait extrêmement coûteuse également en termes de chiffres, la facture finale de Hinkley étant estimée à 22,5 milliards de livres sterling.

Importance nucléaire

Si les Chinois quittaient Hinkley, un plan de sauvetage par l’État britannique pourrait être nécessaire pour sauver le projet, qui est la clé des plans énergétiques à long terme du gouvernement.

Il veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, en utilisant l’énergie nucléaire pour aider à répondre aux besoins en électricité du pays.

Les ambitions britanniques ont été relancées lundi par Hitachi, lorsque le groupe japonais a annoncé qu’il était prêt à relancer un projet d’énergie nucléaire dans le nord-ouest du Pays de Galles.

Le développement de Wylfa Newydd sur l’île d’Anglesey, dirigé par la filiale Horizon Nuclear d’Hitachi, a été suspendu au début de l’année dernière en raison de querelles de financement.

Il attend désormais la publication d’une nouvelle stratégie énergétique gouvernementale, qui pourrait inclure un modèle de financement plus attractif, y compris le partage des coûts avec les consommateurs via un prélèvement.

Le rival japonais Toshiba, cependant, n’a pas révisé sa décision de 2018 de débrancher un projet de centrale nucléaire à Cumbria, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Le gouvernement mise sur les énergies renouvelables comme l’énergie éolienne pour atteindre son objectif, en s’éloignant du charbon, mais avec une dépendance continue au nucléaire.

Actuellement, le nucléaire fournit environ 20% de l’électricité du pays, un ratio que les ministres tiennent à maintenir, alors même que les centrales existantes arrivent à la fin de leur durée de vie.

Author

info@sciencelastnews.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *